Pétition

Les militant.e.s écologistes ne sont pas des criminels !

Le mercredi 20 juin, plusieurs perquisitions se sont tenues aux domiciles d’opposant.e.s au projet d’enfouissement des déchets nucléaires Cigéo, ainsi qu’à la Maison de la Résistance de Bure. Au moins 10 militant.e.s dont l’avocat en droit de l’environnement Etienne Ambroselli qui défend les opposant.e.s au projet, ont été interpellé.e.s.

Cette démonstration de force autoritaire du gouvernement intervient quelques jours seulement après la grande journée de mobilisation du 16 juin à Bar-Le-Duc. Plus de 3000 personnes de toute la France s’y sont retrouvées pour faire la démonstration de leur détermination à s’opposer à ce projet dément qui prévoit d’enfouir définitivement des déchets nucléaires, donc dangereux. Un projet irréversible qui rend impossible tout retour en arrière et retraitement potentiel à l’avenir. Un projet irréversible qui sous-estime les risques d’accident et d’incendie sur un site de géothermie potentielle. Le tout dans l’opacité et l’absence totale de démocratie, la concertation s'étant réduite à une mascarade tandis que les mensonges de l'Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA) ont été dévoilés par des études indépendantes.

Ce n’est donc pas un hasard si cette répression intervient aujourd’hui. L’objectif est clairement de briser la dynamique d’opposition et de mobilisation autour de la défense du site de Bure et du Bois Lejuc.

Nous dénonçons ces méthodes d’intimidation des opposant.e.s politiques et écologistes.

ASSEZ ! Les militant.e.s ne sont pas des criminel.le.s.

ASSEZ de bâillonner toutes formes de contre-pouvoir ou d’opposition qui s’expriment dans la rue et dans la lutte face à ce gouvernement sourd et brutal.

ASSEZ d’employer la force pour faire taire les arguments raisonnés et raisonnables des opposant.e.s.

ASSEZ de criminaliser tout mouvement de contestation.

Nous demandons donc :

  • La remise en liberté des gardé.e.s à vue
  • L’arrêt de toute perquisition des opposant.e.s
  • Le rendu des matériels, notamment informatique, saisis
  • L’arrêt du projet Cigéo et l’ouverture d’un véritable débat, contradictoire, sur le devenir des déchets nucléaires.

Premier-e-s Signataires : Charlotte Girard Coordinatrice du programme de la FI, Manuel Bompard directeur des campagnes de la France insoumise, Paul Ariès, politologue, rédacteur en chef de la revue les Zindigné.e.s, Mathilde Panot députée insoumise, Martine Billard ancienne Députée, Gabriel Amard orateur national FI.

Signez sur change.org