Monde

Quand tu perds la peur, ils perdent le pouvoir

C'est déjà l'aveu qu'il a perdu la guerre engagée contre le peuple chilien il y a une semaine.

Il n'en reste pas moins que les militaires et les carabiniers devront répondre devant la justice des nombreuses exactions dont ils se sont rendus coupables : violences injustifiées, vexations mais surtout meurtres, disparitions, viols et tortures comme le laissent à penser de nombreux documents vidéos et plaintes déposées.

Que Piñera change de ministres ne résoud rien au conflit social qui l'oppose au peuple si c'est pour jouer aux "chaises musicales" ou pour faire du neuf avec du vieux.

Ce que veulent les Chiliens aujourd'hui est un changement radical de société où les plus démunis retrouveront leur place, où tous auront salaires et pensions décentes, où tous auront accés à l'éducation et à la santé, où les ressources telles que l'eau, l'énergie, les minerais seront de nouveau nationalisées. Et par dessus tout la mise en oeuvre d'une nouvelle Constitution qui mette fin définitivement à l'héritage de Pinochet.

Il est loin d'être sûr que Piñera soit à la hauteur de ces enjeux et ses antécédents devraient plutôt en faire un président démissionnaire qui cède la place à une nouvelle ère où s'ouvriront de nouveau les grandes avenues et où l’homme libre pourra construire une société nouvelle.

¡Salvador Allende presente!

Par Christian Rodriguez