l'édito

Ce dimanche 10 avril, une nouvelle page de l’histoire politique de notre pays s’est écrite. Avec près de 22% des voix, le candidat de l’Union populaire Jean-Luc Mélenchon, passe à un cheveu du second tour. Si la déception est palpable, à la hauteur de la vague d’espoir ayant traversée tout le pays, force est de constater que ce résultat souffle un vent nouveau sur le paysage politique français. Depuis plusieurs années déjà, la bipolarisation de la vie politique française autour de l’axe gauche/droite n’avait plus grand sens, ne suffisant plus à exprimer clairement un contenu. Cette élection marque le début d’un nouveau cycle avec une nouvelle structuration autour de 3 blocs : le bloc ultra-libéral incarné par E. Macron, le bloc d’extrême droite incarné par Marine Le Pen et le bloc populaire incarné par Jean-Luc Mélenchon et le programme L’avenir en commun.

Le premier tour à peine terminé, déjà les regards se tournent vers les élections législatives des 12 et 19 juin 2022. L’espoir n’a pas faibli, bien au contraire. Ce second tour mortifère ne pouvant résoudre en rien l’état du pays, entre exaspération, urgence écologique, sociale et dorénavant état d’urgence politique.

« La lutte continue ! » clame Jean-Luc Mélenchon ce dimanche 10 avril, invitant chacun.e à reprendre sa tâche, « celle qu’accomplit le mythe de Sisyphe : la pierre retombe en bas du ravin, alors on la remonte ». C’est chose faite, en témoignent notamment les nombreuses inscriptions et contacts pris depuis lors sur le réseau social des insoumis.es Action populaire. Ses larmes à peine séchées, chacun.e est déjà remonté sur son cheval. En ligne de mire, empêcher l’accession au pouvoir de la candidate d’extrême droite puis mener le combat des législatives et imposer une majorité avec un gouvernement de l’Union populaire.

Chose incroyable et inédite dans l’histoire de la 5ème République, à l’opposition binaire de l’entre-deux tours entre les deux qualifiés, Jean-Luc Mélenchon jette un nouveau pavé dans la mare, en avance, encore une fois, sur l’analyse de ce nouveau paysage politique qui se dessine devant nous. Il s’impose comme le 3ème homme venant troubler l’image d’Épinal du duel : « Je demande aux français de m’élire Premier ministre, en votant pour une majorité d’insoumis et de membres de l’Union populaire » aux élections législatives de juin. Ajoutant : « L’article 20 dit que c’est le Premier ministre qui conduit les affaires de la nation, si le président est gêné, il s’en va. » La feuille de route est claire et l’attente dans le pays, puissante.

Pour faire de cet espoir une réalité, plusieurs conditions vont devoir être réunies. Continuer le rassemblement entamé avec le Parlement de l’Union populaire autour du programme L’avenir en commun. Forte de ses près de 7,8 millions de voix, l’Union populaire continue de tenir son rôle de rassembleuse en tendant la main aux autres forces politiques compatibles. Forte de ses 80% de vote d’adhésion, mobiliser aux législatives comme elle a su mobiliser au premier tour de la présidentielle. Et puis continuer à lutter contre la résignation en s’adressant au 4ème bloc, celui des 12 millions d’abstentionnistes, qui peuvent par leur voix renverser la table. L’espoir est contagieux. Les 421 420 voix manquantes de cette présidentielle peuvent être un déclic salvateur pour celles et ceux qui doutent encore que oui, un autre monde est possible. Il ne peut et ne doit pas se faire sans eux.

En selle ! Aux déçu.es légitimes du premier tour, les 12 et 19 juin, séance de rattrapage. Faisons-mieux !

Séverine Véziès

Notre journal vit de votre soutien, de vos abonnements, alors n’hésitez pas, pensez à l’abonnement commun des médias insoumis.

 

 

Abonnez-vous

Chère lectrice, chère lecteur,
Les équipes du Journal de l'insoumission travaillent d'arrache-pied pour vous offrir un magazine trimestriel et un site internet de qualité pour informer et participer d'une culture de l'insoumission. Nous améliorons sans cesse notre formule et nos thématiques : politique, climat, économie, social, société, international. Nous traitons de nombreux sujets avec sérieux et sous de nombreux formats : interviews, analyses, reportages, recettes de cuisine etc. Nous participons aussi à un nouveau média insoumis en ligne Linsoumission.fr. Le Journal de l'insoumission en devient le pendant en format papier et magazine. Les médias insoumis se fédèrent et s'entraident pour affronter la période et les échéances à venir.

Notre objectif est la vente en kiosque dans toute la France métropolitaine et d'outre-mers. Pour ce faire, nous avons plus que jamais besoin de vous. L’abonnement et les ventes sont actuellement notre seule source de financement.

Aidez-nous dans cette aventure. Soutenez le Journal de l’insoumission. Abonnez-vous.

Pour suivre les actualités du JI, abonnez-vous à notre newsletter. C'est gratuit.