l'édito

Ce dimanche 10 avril, une nouvelle page de l’histoire politique de notre pays s’est écrite. Avec près de 22% des voix, le candidat de l’Union populaire Jean-Luc Mélenchon, passe à un cheveu du second tour. Si la déception est palpable, à la hauteur de la vague d’espoir ayant traversée tout le pays, force est de constater que ce résultat souffle un vent nouveau sur le paysage politique français. Depuis plusieurs années déjà, la bipolarisation de la vie politique française autour de l’axe gauche/droite n’avait plus grand sens, ne suffisant plus à exprimer clairement un contenu. Cette élection marque le début d’un nouveau cycle avec une nouvelle structuration autour de 3 blocs : le bloc ultra-libéral incarné par E. Macron, le bloc d’extrême droite incarné par Marine Le Pen et le bloc populaire incarné par Jean-Luc Mélenchon et le programme L’avenir en commun.

Lire la suite...

Ce soir, à minuit, s’achève une campagne de près de 18 mois. Tractage, porte à porte, meetings, réunions publiques, interviews, rencontres, marches, ateliers des lois… l’Union populaire et son candidat Jean-Luc Mélenchon n’ont pas ménagé leurs efforts pour diffuser dans tout le pays leur programme, L’avenir en commun, et à travers lui une vision du monde.

Lire la suite...

A trois semaines du 1er tour, cette élection présidentielle, que l’on disait jouée d’avance dans une opposition entre la droite macroniste et l’extrême droite, voit poindre de manière insistante et sérieuse une nouvelle perspective, celle d’un duel entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Cette perspective plus qu’un évènement serait un véritable vent de fraîcheur après l’élection confisquée de 2017 du fait d’un second tour Macron-Lepen. Ce serait aussi un tsunami salvateur dans la vie politique française avec un réel débat démocratique, débarrassé des débats nauséabonds de l’extrême droite, entre deux visions du monde. Car entre E. Macron et le candidat de l’Union populaire, il s’agit bien de deux projets de société aux antipodes : la concurrence, le marché et la compétition pour le premier ; une société de l’entraide, de l’harmonie entre les êtres humains et entre les êtres humains et la nature, le partage des richesses pour le second.

Lire la suite...

2022 ouvre à peine ses portes que déjà le mouvement de déliquescence du pays accentué depuis 2017 et au paroxysme depuis 2020, se poursuit. « J’ai perdu le bénéfice des vacances en un jour », affirme une directrice d’école ce lundi 3 janvier après cette rentrée ubuesque. Improvisation, mépris des personnels enseignants et des parents d’élèves, voilà la marque de fabrique du Ministre Blanquer qui publie quelques heures avant la rentrée un protocole digne d’une usine à gaz dans un journal à accès payant. Ce témoignage illustre l’exaspération et la fatigue d’un corps enseignant qui, depuis le début de cette pandémie, œuvre et se démène pour leurs élèves, sans soutien ni accompagnement de la part d’un Ministre qui préfère jouer à la marelle dans une cours d’école ou chanter « vive le vent » dans une classe, plutôt que de mener à bien sa véritable mission.

Lire la suite...

C'est la trêve des confiseurs et le moment de se reposer, de souffler avant d’entamer une nouvelle année de lutte. 2022, aura néanmoins une saveur toute particulière. Après 5 ans de macronisme, à l’image de ses services publics dévastés (hôpitaux, École, justice…), de la détresse sociale grandissante, de l’inaction climatique du gouvernement, la France et son peuple en ressortent plus meurtris que jamais. À cela s’est ajoutée une pandémie mondiale qui, en révélant ses causes profondes nées du capitalisme financiarisé (causes climatiques avec les zoonoses, conséquences sociales et sanitaires dues à la casse des systèmes de soins publics et des filets de la solidarité nationale), aurait pu permettre une rupture avec ce vieux monde qui court à sa perte. Il n’en sera rien. Accroché, quoiqu’il en coûte, à son idéologie libérale, le gouvernement continue la même politique, faisant supporter le poids de la gestion et des conséquences de la crise sanitaire sur les citoyen.nes et les libertés publiques.

Lire la suite...

Perte de confiance envers la parole d’autorité, hystérisation des débats, stratégie de division, démocratie confinée avec un Parlement rendu impuissant, libertés publiques malmenées, tels sont les tenants et conséquences de la politique sanitaire menée par le gouvernement depuis plus de 18 mois.

Lire la suite...

Pour ce nouveau numéro du Journal de l’insoumission, nous avons décidé de prendre nos aises. D’un format 44 pages, nous voilà passé à un format 80 pages. L’exigence de fond n’interdisant pas l’exigence esthétique, nous avons à cœur depuis le début de cette aventure de vous informer, de vous faire découvrir, mais aussi de ravir vos yeux avec nos illustrations et un travail photographique de qualité.

Lire la suite...

Nouveau en kiosque : votre magazine de l'insoumission.

Il y a 4 ans, dans le Jura, des citoyen·nes engagé.es et motivé.es se lançaient dans un projet ambitieux de création d'un journal d'information sur les diverses formes d’alternatives au projet mortifère porté par le capitalisme de notre temps. Le Journal de l’insoumission était né. L’insoumission est un état d’esprit, une volonté de faire autrement, d’aller vers un ra- lentissement de la consommation, de la production d’objets inutiles, vers des modèles de coopération et non de compétition, pour favoriser la vie douce pour tous et l’harmonie entre les humains et la nature. Notre pays regorge d’initiatives, de projets qui révèlent la présence de diverses formes d’insoumission dans notre société.

Journal 100% citoyen et sans pub, d’abord vendu lors d’événements publics ou sur les marchés, notre journal vit mieux grâce à ses abonnés.

Lire la suite...

2020 fut l’année de la pandémie du coronavirus. Une année de souffrances, de deuils, de restrictions, de confinements, de frustrations, qui se poursuivront sûrement en 2021. Ce fut l’année de la mise en lumière des mensonges du gouvernement, des errements de sa stratégie pour affronter la maladie. Ce fut aussi l’année des applaudissements des soignants, l’année où l’on a esquissé un monde d’après, écologique et social.

2020 fut l’année (l’hiver devrait-on dire) de la plus grande grève de l’histoire contemporaine en France, contre la réforme des retraites. Ce fut l’année de la « visibilisation » des violences policières à l’encontre des manifestants, des personnes racisées. 2020 fut l’année qui montra le délabrement de l’hôpital public et le mouvement social continu depuis trois ans des travailleurs hospitaliers. 2020 fut l’année de la mobilisation contre la proposition de loi sécurité globale, mais aussi la dégradation des libertés publiques. Ce fut l’année d’une grande mobilisation pour la laïcité et contre l’obscurantisme après l’assassinat de Samuel Paty. 2020 fut l’année de la plus grande récession de l’histoire contemporaine.

Lire la suite...

Chèr·e·s abonné·e·s,

Depuis plusieurs semaines vous êtes nombreux et nombreuses à rejoindre le lectorat du Journal de l’insoumission, et c’est, au delà du plaisir que vous prendrez à retrouver chaque trimestre votre journal dans votre boîte aux lettres, un énorme service que vous rendez à notre publication. Merci d’abord pour ça !
Vous savez peut-être que pour un journal qui refuse tout encart publicitaire - et nous persistons ! - la trésorerie ne repose que sur les abonnements. Et là vous voyez arriver gros comme une maison, le mail larmoyant qui dit que la trésorerie est au plus bas, qu’on n’est pas loin de mettre la clef sous la porte, qu’il va falloir mettre la main au portefeuille.
Et bien de ce côté là, non, soyez rassurés, les indicateurs sont même plutôt encourageants !
Nous venons en 3 semaines « d’engranger » 800 abonné-es supplémentaires avec l’abonnement groupé et le lancement de l’application linsoumission.fr

Lire la suite...

Abonnez-vous

Chère lectrice, chère lecteur,
Les équipes du Journal de l'insoumission travaillent d'arrache-pied pour vous offrir un magazine trimestriel et un site internet de qualité pour informer et participer d'une culture de l'insoumission. Nous améliorons sans cesse notre formule et nos thématiques : politique, climat, économie, social, société, international. Nous traitons de nombreux sujets avec sérieux et sous de nombreux formats : interviews, analyses, reportages, recettes de cuisine etc. Nous participons aussi à un nouveau média insoumis en ligne Linsoumission.fr. Le Journal de l'insoumission en devient le pendant en format papier et magazine. Les médias insoumis se fédèrent et s'entraident pour affronter la période et les échéances à venir.

Notre objectif est la vente en kiosque dans toute la France métropolitaine et d'outre-mers. Pour ce faire, nous avons plus que jamais besoin de vous. L’abonnement et les ventes sont actuellement notre seule source de financement.

Aidez-nous dans cette aventure. Soutenez le Journal de l’insoumission. Abonnez-vous.

Pour suivre les actualités du JI, abonnez-vous à notre newsletter. C'est gratuit.