France

RÉGION PAYS DE LA LOIRE | S. Bataille/M. Tavel « Nous portons l’idée d’une écologie populaire, synonyme de pouvoir d’achat, d’emploi, de mieux vivre »
Sandrine Bataille et Matthias Tavel sont chefs de file régional de la France Insoumise pour la région Pays de la Loire. Sandrine Bataille est candidate en Loire Atlantique, Mathias Tavel dans la Sarthe, sur la liste « L’Ecologie ensemble, solidaire et citoyenne » conduite par Matthieu Orphelin soutenue notamment par EELV, Générations, et La France Insoumise.

1-Vous êtes chefs de file de la France Insoumise et candidats à l'élection régionale dans les Pays de la Loire, que souhaitez-vous porter lors de cette élection ?

Avec cette démarche, nous poursuivons trois objectifs indissociables. Tout d’abord, nous voulons battre les trois droites à commencer par LR qui dirige la région mais aussi LREM avec de Rugy ou le RN qui sont embuscade. C’est indispensable pour faire avancer la justice sociale et l’écologie ici ! Et c’est possible dans cette région, grâce à notre liste !

Ensuite, nous portons un programme partagé très large qui combine investissement massif dans la transition écologique et solidarités immédiates pour répondre aux urgences sociales. Nous portons haut l’idée d’une écologie populaire, synonyme de pouvoir d’achat, d’emploi, de mieux vivre. Enfin, nous voulons faire gagner les nombreuses luttes qui se mènent dans notre région et les porter au conseil régional avec des élus insoumis. Bref, nous avons une très grande ambition politique et nous espérons bien l’emporter le 27 juin !

2-Quels sont les enjeux propres de cette élection dans votre région ?

Cette région est un laboratoire d’une droite libérale en économie, productiviste et conservatrice voire réactionnaire. Comme partout, nous faisons face à l’urgence sociale qui découle de la crise sanitaire. Nous voulons y répondre fortement avec un chèque « bien manger » pour les jeunes précaires, une tarification sociale pouvant aller jusqu’à la gratuité sur les TER, une licence à 10 euros pour la saison sportive 2021-22 pour tous les jeunes de 15 à 25 ans, et sous condition de ressources avant 15 ans.

Nous sommes une région qui est en première ligne sur les enjeux de transition écologique avec beaucoup d’emplois industriels à défendre et à créer en faisant bifurquer ces industries (automobile, construction navale, énergie…). Nous refusons l’hémorragie de plans sociaux. Nous voulons investir en entrant au capital de certaines entreprises comme les Chantiers de St Nazaire, soutenir la relocalisation de l’assemblage de véhicules en France, créer 50 000 emplois verts. Nous sommes aussi en présence d’un modèle agroalimentaire très contrasté entre une agriculture bio en plein essor qu’il faut soutenir et un modèle productiviste très présent.

Même si le projet d’aéroport Notre Dame des Landes a été abandonné grâce à la lutte, l’artificialisation des sols est galopante avec une concentration de grands projets inutiles et imposés (surf park vers Rezé, entrepôt Amazon à Montbert, zone commerciale au Mans etc), la métropolisation autour de Nantes et la bétonisation du littoral. Il faut faire tout autrement, relocaliser, préserver les espaces naturels, réaménager le territoire. A cet égard, la défense des services publics est aussi un enjeu majeur. La majorité régionale de droite veut privatiser un tiers du réseau TER dès juillet, elle laisse prospérer les déserts médicaux et multiplie les subventions clientélistes au séparatisme scolaire de l’école privée alors que l’enseignement public manque de soutien.

3-Quels sont les trois mesures phares de votre liste ?

Nous portons plus de 200 mesures. J’en ai cité quelques unes. On peut retenir la relance du service public ferroviaire par le refus de l’ouverture à la concurrence et l’investissement pour renforcer l’offre ; l’exigence de conditions écologiques, d’égalité femmes-hommes et de maintien de l’emploi local pour toute aide aux entreprises ; ou encore la création d’un droit au référendum d’initiative citoyenne régional. Avec la liste L’écologie ensemble, nous pouvons gagner et commencer à appliquer ici une partie de L’Avenir en commun.

Entretien réalisé par Anthony BRONDEL

 

 

Abonnez-vous

Chère lectrice, chère lecteur,
Les équipes du Journal de l'insoumission travaillent d'arrache-pied pour vous offrir un magazine trimestriel et un site internet de qualité pour informer et participer d'une culture de l'insoumission. Nous améliorons sans cesse notre formule et nos thématiques : politique, climat, économie, social, société, international. Nous traitons de nombreux sujets avec sérieux et sous de nombreux formats : interviews, analyses, reportages, recettes de cuisine etc. Nous participons aussi à un nouveau média insoumis en ligne Linsoumission.fr. Le Journal de l'insoumission en devient le pendant en format papier et magazine. Les médias insoumis se fédèrent et s'entraident pour affronter la période et les échéances à venir.

Notre objectif est la vente en kiosque dans toute la France métropolitaine et d'outre-mers. Pour ce faire, nous avons plus que jamais besoin de vous. L’abonnement et les ventes sont actuellement notre seule source de financement.

Aidez-nous dans cette aventure. Soutenez le Journal de l’insoumission. Abonnez-vous.

Pour suivre les actualités du JI, abonnez-vous à notre newsletter. C'est gratuit.