France

Le climat est rance. La nausée, la colère, la stupéfaction, l’inquiétude, tout.es celles et ceux qui ont à cœur nos valeurs républicaines et laïques ressentent au plus profond d’eux cette douleur. En plein procès des attentats de Charlie Hebdo, la barbarie a encore frappé. Samuel Paty, 47 ans, enseignant, assassiné, décapité pour avoir pensé avec ses élèves. Car penser, c’est écouter l’autre, c’est confronter des points de vue, c’est avancer tous ensemble, c’est construire une intelligence collective. Il nous faut réapprendre à comprendre le cheminement laborieux et douloureux que notre pays, la France, a eu dans ses rapports aux religions. Combien de morts, combien de guerres, avant d’arriver à la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’Etat ? La laïcité, en permettant le vivre ensemble, est le garant de la paix civile. Samuel Paty est mort pour avoir vécu la laïcité avec ses élèves. A travers son assassinat, c’est l’Ecole, en tant qu’institution républicaine que l’on attaque. L’Ecole est le réceptacle de ce qui germe dans nos sociétés - violence, misère sociale - mais elle est aussi au cœur même du dispositif d’apprentissage de la citoyenneté. L’Ecole a pour mission, avant toute autre chose, de former des citoyen.nes, libres et éclairés. « Car il n’y a pas de liberté réelle pour l’ignorant. Il n’y a pas d’égalité ni de fraternité sans partage des savoirs », pour reprendre les mots de Jean-Luc Mélenchon devant l’Assemblée Nationale le 20 octobre dernier. C’est cette lumière de la connaissance que toutes les formes d’obscurantisme souhaitent éteindre. Ne les laissons pas faire.

Diviser, trier, voilà l’agenda des terroristes. Le nôtre doit être celui de l’unité républicaine. Et pourtant, sur tous les plateaux de TV, de radios, sur les réseaux sociaux, le poison de la haine et de la division se répand. Le dérapage est général. Les poubelles de l’extrême droite sont à ciel ouvert et chacun.e s’y repaît. Aux fous !

Que se passe-t-il dans mon pays pour qu’un ministre d’Etat déclare être choqué par les rayons de « cuisine communautaire » dans les supermarchés, pour qu’un appel à la vengeance soit proféré sur Cnews par un invité. Mais se venger sur qui ? A l’écouter, la communauté musulmane serait donc coupable dans son entièreté ? Outre cette stupidité haineuse, la justice, cela n’a jamais été la vengeance. Cet invité, avocat de métier, devrait pourtant le savoir.

Que se passe-t-il dans mon pays pour qu’une journaliste, militante antiraciste et féministe, Rokhaya Diallo, se voit accusé d’avoir par ses propos « entrainé la mort des 12 de Charlie », et « armé le bras des tueurs » ? Depuis plusieurs jours les exemples de ce genre de propos absolument inouïs se répandent sur toutes les ondes. Une véritable course à l’échalote mortifère des idées d’extrême droite. Aux fous !

Que se passe-t-il dans mon pays, pour qu’un mouvement profondément républicain, laïc et humaniste comme la France insoumise et avec lui ses milliers de militant.es, porteurs d’un programme, l’Avenir en commun, se fassent trainer dans la boue par une horde qui voit dans ces évènements tragiques et barbares l’occasion d’attaquer le principal mouvement d’opposition et d’alternative au macronisme ? La France insoumise et ses militant.es ont démontré à maintes reprises leur attachement à la liberté d’expression et notamment au droit au blasphème, ils ont toujours condamné et n’ont jamais faibli devant la barbarie. Ces accusations sont délirantes, honteuses et infamantes.

Dans le même temps, c’est tapis rouge sur tous les plateaux pour Marine Lepen, sans que jamais aucune contradiction ne lui soit portée. L’extrême centre macroniste et l’extrême droite lepeniste sont les deux faces d’une même médaille. L’un étant le marchepied du second. Le système et son assurance-vie. En donnant du crédit aux thèses d’extrême droite, ce petit monde politico-médiatique construit pierre après pierre l’image d’une extrême droite légitime en tant que dirigeante. Aux fous !

Face à ces dérives inquiétantes, face à ces provocations nauséabondes, ne faiblissons pas, ne tournons pas la tête. Car c’est la paix civile qui est en jeu. Soyons implacables et continuons notre combat contre l’islamisme politique, contre tous les obscurantistes, faisons preuve de la plus grande fermeté et sévérité envers celles et ceux qui souhaitent faire régner la peur, la mort et le chaos, dans nos classes, dans nos rues, dans nos rédactions, dans nos vies, dans nos cœurs. Continuons à marteler l’unité face à la barbarie, l’unité du peuple, pour demain une unité d’action sociale.

Séverine Véziès

 

 

Abonnez-vous

Chère lectrice, chère lecteur,
Les équipes du Journal de l'insoumission travaillent d'arrache-pied pour vous offrir un magazine trimestriel et un site internet de qualité pour informer et participer d'une culture de l'insoumission. Nous améliorons sans cesse notre formule et nos thématiques : politique, climat, économie, social, société, international. Nous traitons de nombreux sujets avec sérieux et sous de nombreux formats : interviews, analyses, reportages, recettes de cuisine etc. Nous participons aussi à un nouveau média insoumis en ligne Linsoumission.fr. Le Journal de l'insoumission en devient le pendant en format papier et magazine. Les médias insoumis se fédèrent et s'entraident pour affronter la période et les échéances à venir.

Notre objectif est la vente en kiosque dans toute la France métropolitaine et d'outre-mers. Pour ce faire, nous avons plus que jamais besoin de vous. L’abonnement et les ventes sont actuellement notre seule source de financement.

Aidez-nous dans cette aventure. Soutenez le Journal de l’insoumission. Abonnez-vous.

Pour suivre les actualités du JI, abonnez-vous à notre newsletter. C'est gratuit.