France

J'ai bien compris que la mode pour celles et ceux qui adhèrent sans recul à l'idée de "gauche" était à la vague verte, et que Jean-Luc Mélenchon quand même il était trop clivant, et que c'était pas bien de crier contre un policier ou de s'énerver contre un procureur.

Parce ce que la colère, c'est mal. Et la co-construction, c'est bien.

Mais chèr•es ami•es et connaissances de "gauche", vous qui vous prévalez de grands principes de justice sociale, de démocratie, je vous demande tout de même de regarder attentivement ce qui se passe du côté de la France insoumise.

Au départ une dénonciation de comptes de campagne pourtant validés par la CNCCFP, alors que notre campagne de 2017 est une des moins chères qui ait eu lieu (10,7 millions d'euros pour plus d'un an de campagne à mettre en relation avec les 15,1 millions d'euros des 4 mois de campagne de Benoît Hamon par exemple). Des perquisitions simultanées dans tout le pays comme jamais il n'y en a eu contre un mouvement politique, où des moyens extravagants ont été déployés. Une procédure judiciaire médiatisée à notre désavantage en pleine campagne des Européennes.

Dernier épisode en date : hier un article du Canard Enchaîné qui explique que Jean-Luc Mélenchon, mais aussi Manuel Bompard, Bastien Lachaud, Bernard Pignerol, Muriel Rozenfeld, font de nouveau l'objet d'une enquête préliminaire. Inquiétude : qu'est-ce qui allait encore leur être reproché ?
Et quand on a su, on a hésité entre rire ou pleurer. Ils ont bien payé de leur poche les amendes, mais les dommages et intérêts versés à ceux qui s'étaient plaint d'avoir été bousculé lors de la perquisition ont été pris en charge par le mouvement France insoumise.

Cette blague ! Un mouvement politique qui soutient ses militant•es quand ils et elle se rebellent, quelle découverte en effet ! Mais c'est ce que font tous les mouvements politiques, tous les syndicats, toutes les associations de lutte, quand leurs militant•es se retrouvent aux prises avec la justice et la police pour avoir défendu leurs idées !

Et là, j'en reviens à mon adresse du début. Gens de "gauche", ne détournez pas le regard parce que conjoncturellement la situation vous arrange, parce que vous pensez que si tout ça pouvait vous débarrasser d'un opposant un peu encombrant, ça serait toujours ça de pris.

Le régime politique est en train de changer de nature. Ne le voyez-vous pas encore ? Si vous êtes aussi attaché•es à la démocratie que vous le dites, regardez bien ce qui est en train de se passer, et ne pensez pas que vous pouvez laisser passer pour cette fois parce que ça vous arrange et ne vous concerne pas directement. Parce que, quand vous ouvrirez à votre tour un peu trop fort la bouche, il se pourrait bien que vous soyez les prochains à en faire les frais.

Claire Arnoux

 

 

Abonnez-vous

Chère lectrice, chère lecteur,
Les équipes du Journal de l'insoumission travaillent d'arrache-pied pour vous offrir un magazine trimestriel et un site internet de qualité pour informer et participer d'une culture de l'insoumission. Nous améliorons sans cesse notre formule et nos thématiques : politique, climat, économie, social, société, international. Nous traitons de nombreux sujets avec sérieux et sous de nombreux formats : interviews, analyses, reportages, recettes de cuisine etc. Nous participons aussi à un nouveau média insoumis en ligne Linsoumission.fr. Le Journal de l'insoumission en devient le pendant en format papier et magazine. Les médias insoumis se fédèrent et s'entraident pour affronter la période et les échéances à venir.

Notre objectif est la vente en kiosque dans toute la France métropolitaine et d'outre-mers. Pour ce faire, nous avons plus que jamais besoin de vous. L’abonnement et les ventes sont actuellement notre seule source de financement.

Aidez-nous dans cette aventure. Soutenez le Journal de l’insoumission. Abonnez-vous.

Pour suivre les actualités du JI, abonnez-vous à notre newsletter. C'est gratuit.