L' entretien

Rencontre avec Danielle Simonnet Conseillère de Paris.
Seule élue France insoumise au Conseil de Paris, Danielle multiplie les actions d'éducation populaire politique dans le cadre de son mandat.

Danielle Simonnet, pourquoi te retrouves-tu à faire une « conférence gesticulée » ? Et d’abord c’est quoi ?

Une conférence gesticulée, c’est un spectacle politique. Franck Lepage a inventé cette forme et a créé une démarche d’éducation populaire via des stages qui permettent à chacun de transmettre son savoir critique sur la société, sa volonté de contester le système, par la narration de son histoire. Fini les réunions meeting barbantes au possible, la conf’ gesticulée, tu peux y inviter tes ami-e-s, ta famille, tes collègues comme tu les emmènerais au théâtre. C’est d’ailleurs du théâtre, le retour du théâtre populaire, qui éveille les consciences par l’émotion et la projection personnelle de chacune et chacun dans le récit de l’autre. C’est l’idée que chacun-e par son vécu peut être l’oeuvrier d’une conf’.

Personnellement, dans mon parcours de militante, j’ai toujours recherché à expérimenter de nouvelles pratiques militantes. Tifen Ducharne, la première militante politique de mon parti à avoir créé sa conf’ (« Des déchets et des Hommes »), m’a proposé de m’engager dans cette démarche et j’ai créé ma conf’ que j'ai joué de nouveau à Avignon cet été « Uber, les salauds et mes ovaires ». Je venais de vivre pendant 6 mois une aventure politique hors de ma zone de confort, à soutenir les taxis contre l’ubérisation, à les accompagner dans leur implication contre la loi travail. J’avais envie de raconter cela, comme une façon bien plus intéressante de critiquer l’évolution du système capitaliste. J’avais également envie de parler de mon combat à Paris contre Lafarge, « les Salauds », cette entreprise n°1 du ciment et du sable qui n’a pas hésité à financer Daech pour poursuivre l’exploitation de sa cimenterie en Syrie et dont la ville de Paris voulait tout tranquillement continuer d’utiliser le sable pour ces évènements de Paris plages….J’assume enfin dans cette conf’ un fil féministe autour de « mes ovaires » par le récit d’anecdotes subies de domination masculine dans mon parcours de femme politique. Je vois bien qu’à chaque représentation, le récit de ces anecdotes fait bien plus de bien qu’un discours relevant uniquement du registre théorique. L’émotion, l’humour, le récit de soi, c’est sans doute les meilleures portes d’entrée de la conscience.

Tu prépares une nouvelle conf’, ce sera quoi le thème ? Mais d’ailleurs… tu ne devrais pas te concentrer sur les municipales à Paris ?

Ça va ensemble ! Oui, je prépare une nouvelle conférence gesticulée qui s’intitule « Paris vendu ». Je souhaite y raconter les combats dans mon enfance de mes parents artistes dans notre petit village rural, et les combats que je mène et soutiens aujourd’hui à Paris. Je veux amener les gens à réfléchir sur la gentrification, l’hyperdensification anti sociale et anti-écologique de Paris, la privatisation accélérée de la capitale vendue aux intérêts privés. Tu sais, je suis la seule élue France Insoumise au Conseil de Paris et donc dans l’opposition de gauche ou citoyenne, si tu préfères. Je me représente parfois ce conseil comme une immense salle aux enchères… Je souhaite justement qu’aux prochaines municipales, on soit en capacité de prendre d’assaut cette assemblée par une belle dynamique populaire déterminée ! Cette conf’ permettra donc localement dans tous les arrondissements aux gens de me découvrir. Elle débouchera sur l’animation d’ateliers d’éducation populaire incitant les citoyen-ne-s à parler des sujets qui fâchent au quotidien et à s’organiser pour que ça change. L’objectif est d’impliquer le plus grand nombre dans la campagne municipale, de l’élaboration du programme à la constitution des listes. Après le Paris gentrifié, le Paris vendu aux intérêts privés, je souhaite que se déclenche le Paris libéré par nos résistances fédérées !